Epilepsy 623346 1920

Que faire en cas de crise d’épilepsie d'un(e) client(e)?

Dossier

Ce dossier fait le tour du problème pour vous aider à prendre les bonnes décisions et adopter les gestes appropriés à la situation.

Selon les chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé, plus de 40 millions de personnes sont atteintes par l’épilepsie dans le monde. Pour avoir un autre ordre de grandeur on estime à 500.000 le nombre de personnes touchées en France. Cette maladie touche les enfants comme les adultes.

C'est une affection sérieuse qui n’est pas si rare. Dans un certain nombre de cas, elle peut engager le pronostic vital de la personne en crise. C’est à dire qu’une crise d’épilepsie peut entraîner la mort. 

Les crises d’épilepsie peuvent être impressionnantes. Au point que, par le passé, cette maladie était assimilées à une possession diabolique… Nombre de malades étaient alors dirigées vers l’exorciste ou pire le bûcher ! Heureusement, désormais c’est un médecin qui s’en occupe…

Tous concernés

Comme la maladie n’est pas rare et que la survenue d’une crise est imprévisible cela peut aussi se passer dans un centre de beauté ou de bien-être, au cours d’un massage ou d’une séance de yoga … Bref il faut savoir réagir avec les bons gestes.

Un court-circuit

L’épilepsie c’est un peu comme un court-circuit dans le cerveau. Le cerveau fonctionne en permanence, sans pause, de jour comme de nuit. Son fonctionnement se fait à partir d’une chimie complexe et de signaux électriques qui vont permettre le fonctionnement de nos organes,  de nos mouvements, de nos pensées, de notre capacité à mémoriser, etc.

Comme dans tous les systèmes, il y a des fois où quelque chose se détraque. Dans le cas de l’épilepsie, on connaît certaines de ses causes, mais pas toutes. La prévision de la survenue de la crise est quasiment impossible. Alors, comme elle est très impressionnante pour l’entourage, mieux vaut savoir à l’avance comment réagir.

Le mot « crise » signifie « changement » et dans le cas de l’épilepsie le moins que l’on puisse dire c’est que le changement est brutal et ne passe pas inaperçu. La personne en crise va le plus souvent s’affaler et être prise de convulsions parfois violentes. Son corps va se raidir, trembler et la personne va perdre connaissance. 

Parfois, elle ne souviendra de rien et il ne lui restera qu’un mauvais souvenir avec des douleurs musculaires, un goût bizarre dans la bouche et la sensation d’avoir eu un feu d’artifice dans la tête. Parfois la crise peut effacer tout ou partie de sa mémoire. Elle ne se souviendra plus de ce que qu’elle fait avec vous ou, plus embêtant, de son nom…

Cela peut être définitif ou non.

La bonne attitude à adopter

Alors que faut-il faire et ne pas faire devant une personne qui présente ce type de symptômes ?

Dans un premier temps, ne cherchez surtout pas à la déplacer ou à la relever. Si elle est restée assise, pensez immédiatement à l’allonger au sol. Ne bloquez pas ses mouvements et ses convulsions. Plus vous tenterez de l’empêcher de bouger, plus la crise risque de durer.

Ne cherchez pas non plus à dégager sa langue avec vos doigts. Si l’intention est louable pour éviter qu’elle ne s’étouffe, vous pourriez bien perdre vos doigts si une convulsion lui faisait brusquement serrer les dents …

Sécurisez l’endroit où elle se trouve. Enlevez tout ce qui pourrait la blesser ou lui tomber dessus à cause des mouvements désordonnés liés à la crise.

Attendez ainsi que le gros de la crise soit passé et que les mouvements se calment et évitez que des personnes s’agglutinent autour pour lui offrir un espace calme afin que la crise s’apaise tranquillement.

Puis il faut la mettre en position de sécurité. La fameuse Position Latérale de Sécurité qui va permettre qu’elle ne s’étouffe pas. Dégagez ses vêtements pour qu’elle respire librement. Si elle est en peignoir par exemple, pensez à desserrer la ceinture. Mettez-lui des serviettes sous la tête pour assurer son confort. 

Si vous êtes témoin d’une telle situation dans votre cabine, une fois la personne mise en sécurité, l’urgence sera d’avertir sans laisser la personne seule. Appelez vos collègues et /ou votre responsable. Il leur appartient de prévenir, attendre et guider les secours jusqu’à la personne.

Dernier point, même si la personne reprend ses esprits ne lui donnez rien à boire, ni à manger. Il ne faut pas risquer qu’un liquide ou un aliment puisse entrer dans les voies respiratoires, au risque de l’étouffer pour de bon.

Attention aussi de laisser la personne allongée jusqu’à l’arrivée des secours. Une crise d’épilepsie c’est un peu comme un tremblement de terre. Il y a une secousse principale mais il peut y avoir des répliques.

Donc restez vigilants et calme.