Measuring tape 2732298 1920

Prise en charge des "kilos en trop" : quelques conseils.

Article

Le temps des soins "maillots de bains" arrivent. Retours sur les fondamentaux de la prise en charge parfois compliquée des personnes en surpoids. Ou comment ne pas céder aux sirènes des protocoles standardisés.

Une actualité chassant l’autre à la vitesse des réseaux sociaux, vous allez voir que nous allons très vite passer des inquiétudes, voire des paniques sanitaires mondialisées aux problématiques des kilos en trop à l’approche des beaux jours. Ainsi va la vie sur notre belle planète.

Mais pour les professionnels du Bien-être que nous sommes, ce sujet récurent de magazine chaque début de printemps ne doit pas nous faire oublier ce que vivent au quotidien et tout au long de l’année les personnes touchées par un surpoids chronique ou même par l’obésité.

On le voit même dans la crise médicale du coronavirus, l’obésité est un facteur aggravant et même pire pour les personnes infectées. Leur surpoids limite mécaniquement leur capacité respiratoire et donc leur chance de survie.

Le surpoids est un sujet très vendeur. Il permet de vendre du papier et laisse la place à la diffusion de solutions souvent seulement fantaisistes, parfois carrément dangereuses : les régimes. Plus la solution semble simple et rapide et plus il faut y regarder à deux fois. Ce sont souvent des critères de risques de carences nutritives et même de troubles sévères. Un régime rendu célèbre par la médiatisation d’un livre avait été qualifié de « passeport pour l’infarctus » par le Professeur Montagnier qui est une référence dans le monde médical et pas uniquement pour sa co-découverte du virus (encore un) du Sida.

Tenir un poids de forme pour les personnes en surpoids chronique c'est le travail de toute une vie. C’est dur et parfois désespérant ce qui fait que votre action doit être d’autant plus posée comme une « prise  en charge sur le long terme » et non pas comme une « vente flash saisonnière ». Un travail d’accueil, de soins performants et réguliers, de conseils avisés et bien entendu d’écoute attentive.

 

Pour celles et ceux qui allez quand même proposer des cures « Maillots de bains » ce printemps, je vous propose quelques idées simples :

  • Bannissez de votre argumentaires le mot « minceur » tant son utilisation renvoie les client(e)s aux fantasmes des podiums de la mode. Même si les mentalités et les pratiques évoluent ces toutes dernières années. Vendre de la minceur c’est souvent le meilleur moyen d’inciter les client(e)s qui sont de plus en plus avertis à la méfiance. Certains, qui auraient pu vous faire confiance, risquent de passer leur chemin.

 

  • Evitez d’investir dans des machines miracles très coûteuses. Vous les connaissez et je ne vais pas ici en faire la liste. Mais pour vous donner des indices souvenez-vous qu’elles sont parées d’un design « médical », qu’elles utilisent des technologies soit disant avancées et que, derniers points pour les reconnaître, l’argumentaire du vendeur passe très vite sur les caractéristiques techniques de la machine pour aller directement sur celui de la future rentabilité que vous en tirerez.

 

  • Travaillez en équipe. Il y a très certainement un(e) Kinésithérapeute non loin de votre lieu de travail. En combinant vos connaissances, vos savoir-faire et vos équipements vous allez offrir un service adapté et bien plus efficace.

 

  • Utilisez vos mains. Un des problèmes que rencontre les personnes en surpoids est leur difficulté à appréhender leur schéma corporel. Le fait de les installer dans des machines dites-mains libres ou de passer sur leur peau des appareils divers et variés n’améliore pas leur appréciation de leurs formes. A contrario, les techniques manuelles vont les aider à mieux se « sentir ». Un impact très positif qui est autant physiologique que psychologique. 

 

  • Ne standardisez pas vos soins. C’est un des dangers que l’on rencontre dans ce type de soins : répondre à une problématique totalement individuelle par des protocoles de soins standardisés. Fuyez les méthodes « machin » ou les protocoles « truc ». Vous avez les compétences pour une prise en charge individuelle et la clef du succès est là. Développez votre savoir-faire sur les fondamentaux de votre métier et ne cédez pas aux sirènes des soins presse-boutons !

 

  • Expliquer et conseiller. Prenez le temps de parler avec ces personnes qui vous confient leur kilos en trop. Ce n’est pas facile pour elles et la personnalisation des soins est fondamentale. Il faut faire preuve de patience et de compréhension. Vous n’êtes pas « Psy » mais votre travail comporte quand même une dimension d’écoute. D’ailleurs vos conseils seront d’autant mieux suivis que vous aurez su prendre le temps nécessaire pour les expliquer et les répéter.

 

Voilà quelques conseils de bon sens.

D’autres suivront dans de prochains articles et d’ici là pensez aussi à vous.