Looking up 906888 1920

Douleur, mémoire et management

Article

Les hommes auraient-ils plus la mémoire de la douleur ou bien y seraient-ils plus sensibles que les femmes ? De la subjectivité aux croyances populaires. Retour sur une étude et sur d'étonnantes pistes pour la fidélisation des hommes dans les Spas.

La revue Current Biology de janvier 2019 rapportait les travaux d’une étude canadienne menées par des chercheurs de l’université McGill. Ils ont étudié les différences d’impact du ressenti de la douleur entre les mâles et les femelles chez les souris d’un coté, et en parallèle chez les hommes et les femmes.

Et il semble bien que les préjugés populaires, qui prétendent que les hommes sont plus sensibles que les femmes à la douleur, aient effectivement un fondement scientifique. Quoique ce n’est peut-être pas si simple. Car l’étude ne révèle pas que les hommes « souffrent plus » qu’une femme face à une même sensation désagréable. 

Une affaire de mémoire

Par contre, cette étude montre que les hommes mémorisent une douleur ressentie en lui associant les circonstances et l’environnement dans lequel ils l’ont ressentie. De ce fait, s’ils subissent une douleur de même intensité, dans les mêmes conditions et dans un même lieu, cette dernière va être ressentie plus violemment. 

La douleur que l’on ressent à un instant T serait donc l’addition entre un ressenti sur le moment et l’activation de la mémoire d’une douleur passée. La douleur serait donc aussi une question de mémoire. C’est surtout vrai chez les hommes.

Remarque 

Je précise « aussi » car cette notion de mémoire avait fait penser à certains que les bébés ne ressentaient pas la douleur puisqu’ils n’avaient pas encore activé cette mémoire… Il n’en est rien un bébé souffre bel et bien quand on lui fait mal.

La longue histoire des femmes face à la douleur

Car l’étude montre aussi que les femmes ne réagissent pas de la même manière. Comme si ces dernières, soit « oubliaient », soit n’attachaient pas la même importance à la douleur et donc ne la mémorisaient pas. Il faut dire que « côté douleur » elles ont une longueur d’avance sur les hommes. Un homme n’a pas mal au ventre tous les 28 jours et ne connaît pas le « Mal joli » de l’accouchement.

Il y aurait donc une forme de « culture ou de domestication » de la douleur chez les femmes. Une femme sait prendre, ou est bien obligé de prendre du recul par rapport à la douleur. Par différence l’homme apparaîtrait donc plus « douillet ».

Mais si on prenait le problème à l’envers ?

Si on inversait les choses et que l’on ne parle plus de douleur mais de bienfaits. Est-ce  que le processus est le même ? Qu’en est-t-il du plaisir ressenti quand on applique sur la peau non pas une plaque chaude (comme dans l’étude canadienne) mais un massage relaxant professionnel ? Un homme mémorise-t-il plus facilement un ressenti agréable qu’une femme ? Cela reste à vérifier.

Mais avant même de se lancer dans une longue étude, on pourrait sans doute se dire dès maintenant que nous avons ici un bras de levier pour fidéliser la clientèle masculine dans les Spas et les Instituts. Ce qui n’est pas une chose facile.

Premièrement, l’étude canadienne nous apprend que les hommes mémorisent le ressenti et son environnement. Donc, si un homme a apprécié un massage et qu’il revient… Pensez à lui donner la même cabine. Même lieu et peut-être même satisfaction. Peut-être aussi même professionnel(elle). 

Utilisez votre fichier client pour noter les détails. Quand il reviendra il sera heureux d’être « reconnu ».

L’étude nous apprend aussi qu’un homme va sans doute ressentir « plus intensément » les sensations la seconde fois grâce à la mémorisation. 

Donc pensez aussi à demander au praticien ou à la praticienne de préciser sur la fiche client les zones qui ont été trouvées comme tendues ou douloureuses. 

En renouvelant l’attention sur ces zones, le souvenir du bien-être ressenti sera très certainement d’autant plus efficace et le massage d’autant plus apprécié.

N’oubliez pas qu’il est toujours plus facile de fidéliser un client que d’en conquérir un nouveau. Tous les outils sont bons !