Salt 51973 1920

Entre saveur et santé. Quel type de sel utiliser ?

Article

Pour notre équilibre intérieur, notre alimentation doit nous apporter ce sel. Mais comme l’excès en tout est un problème, cet apport doit être bien dosé. Ni trop, ni trop peu de sel. Encore faut-il savoir de quel sel nous parlons.

 

Le sel. Il donne du goût à nos aliments en rehaussant les saveurs. 

Pour notre équilibre intérieur, notre alimentation doit nous apporter ce sel. Mais comme l’excès en tout est un problème, cet apport doit être bien dosé. Ni trop, ni trop peu de sel. Encore faut-il savoir de quel sel nous parlons.

Les campagnes d’information-santé et les avis émis par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ont tendance à être alarmistes et anxiogènes au sujet de notre consommation de sel. Mais ces informations ne font pas assez la différence entre les différents types de sel. 

Le sel que nous utilisons tous les jours, que nous trouvons sur nos tables ou que nous ajoutons à la cuisson de nos aliments est fait de petits grains très blancs. Il est composé d’environ 95% de Chlorure de Sodium. Il est très souvent additionné d’Iode et de Fluor. Mais aussi de composés contenant de l’Aluminium pour lui donner cet aspect de poudre fine (un anti-agglomérant : E 544). Ce sel raffiné n’a pas grand-chose de « naturel ». 

C’est du sel industrialisé, assez bon marché la plupart du temps. Les aliments transformés par l’industrie agro-alimentaire contiennent très souvent des quantités importantes de ce type de sel raffiné. Il donne du goût aux produits, retient l’eau, ce qui augmente le poids et donc le prix à peu de frais.

C’est de ce sel dont parlent les médecins et l’OMS. Car, absorber trop de Sodium est dangereux pour notre santé. Mais cette approximation rend le message un peu moins pertinent. Car il ne faut pas confondre le sel blanc qui ne contient presque que du Sodium avec les sels minéraux qui nous sont indispensables.

Comme on sait qu’il existe de bonnes et de mauvaises graisses, un bon et un mauvais cholestérol, il existe de bons et de mauvais sels pour la santé. Le sel raffiné et bien blanc est du mauvais côté. Mais c’est comme tout, il ne faut pas totalement le bannir et savoir l’utiliser au quotidien en quantité très raisonnable.

La consommation de produits et d’aliments transformés et industriels doit être limitée pour ne pas absorber trop de ce type de sel qui est effectivement mauvais pour la santé. Hypertension artérielle, risques cardio-vasculaire, accidents vasculaires cérébraux, potentiels cancers, la liste est longue et peu sympathique.

Le bon équilibre à tous points de vue

Nous avons besoin d’un apport quotidien raisonnable de sodium, donc le bon équilibre n’est pas de supprimer totalement le sel. Sauf en cas de maladie et sur les conseils d’un médecin. Il est recommandé d’utiliser le sel de mer non raffiné, souvent gris et avec de gros grains. Ce sel « brut » contient en plus du sodium de nombreux oligo-éléments dont nous avons besoin. Ce sel naturel, non raffiné et sans additif, conserve tous les sels minéraux présents dans la nature. Ses qualités nutritionnelles sont donc intactes. De plus il est sans additifs. Il est souvent un peu plus cher mais on en consomme généralement beaucoup moins.

En privilégiant le sel naturel, vous apportez à votre organisme les sels minéraux dont il a besoin et vous participez au maintien d’une agriculture naturelle, durable et souvent équitable.

Conseils

Pensez à ne pas saler ou resaler votre assiette à table.

La rétention d’eau, les jambes gonflées et bien entendu la présence de cellulite sont des problèmes qui préoccupent votre clientèle. Ils peuvent parfois être réduits par une meilleure gestion des apports en sel, en quantité et bien sûr en qualité. Comme toujours, en cas de doute, un avis médical sera essentiel.

santé conseil prévention