Rope 4587474 1920

Anti-âge - Episode 2

Dossier "Anti-âge" 

Dans l’article précédent, je vous parlais de la structure d’une partie importante de notre organisme : les fascias. Leur influence sur les signes du temps est essentielle.

Chez un adulte, les spécialistes estiment qu’il peut peser jusqu’à 20 kilogrammes. C’est vous dire son importance. 

De formes différentes, les fibres qui composent ce réseau ont aussi des couleurs extraordinaires. Ces différentes couleurs sont sans doute liées à des compositions chimiques variables qui leur donnent aussi des propriétés physiques différentes. Ainsi une fibre de collagène est résistante et s’oppose globalement à l’étirement. Elle donne de la solidité au tissu. Une fibre d’élastine est moins résistante mais accepte au contraire un étirement raisonnable et sait revenir à sa longueur initiale. Elle donne de la souplesse au tissu. Chaque fascia en fonction de son rôle dans le corps a une composition de fibres adaptée aux besoins. Par exemple, au niveau de la peau, les fascias sous-cutanés du dessus de la main contiendront beaucoup plus de fibres d’élastine qu’au niveau de la peau du talon qui a besoin d’être plus résistante que souple.

Les fascias sont donc partout, ils entourent nos muscles et nos organes. Ils forment les ligaments qui relient nos os entre eux. Ils forment nos tendons qui attachent les muscles sur le squelette. Ils entourent nos articulations. Ils structurent notre peau et les tissus sous-cutanés. Et au bout du compte, ils sont aussi responsables, en partie, des signes du temps qui passe et des changements visibles sur notre peau…

C’est assez simple et je pense que vous commencez à comprendre où je veux en venir. 

Vous me suivez ? Allons plus loin…

Les signes du temps qui apparaissent sur nos visages, les rides en particulier, sont liés à la répétition de nos mouvements expressifs, au soleil, au vent, à la pollution… Vous savez cela par cœur. Ils sont aussi liés, et cela est moins connu, à l’évolution de nos fascias. On prend un exemple ? 

Madame (ou monsieur X) a 45 ans, elle travaille assise à un bureau durant 6 heures et 32 minutes en moyenne chaque jour. Son bureau et sa chaise de bureau ne sont pas très bien adaptés à sa taille. La fenêtre de son bureau est placée derrière sa chaise et fait un reflet gênant sur son écran d’ordinateur. Madame (ou monsieur X) n’a pas vraiment le temps de manger à midi et utilise le fast-food trop souvent. La voiture est son moyen de transport nécessaire et les embouteillages sont quotidiens. Ce qui fait que l’air respiré durant deux heures par jour est très pollué, même les vitres fermées… Que pensez-vous qu’il se passe au niveau des fascias de cette personne ?

Raccourcis par la position assise les fascias se rétractent progressivement et cette personne perd en souplesse au niveau de toutes ses articulations. Mal nourri, son corps ne peut pas correctement assurer le renouvellement cellulaire. Mal oxygénées, les cellules ne fonctionnent pas correctement. Mais ce n’est pas tout…

La petite grimace que cette personne fait 6 heures et 32 minutes par jour à son bureau pour éviter le reflet sur son écran et qui lui plisse le front et le coin des yeux, va figer des rides d’expression qui n’auront « d’expression » que le nom. 

L'efficacité limitée d'une crème anti-âge face à l'anatomie

En fait ce sont des rides de restriction : la restriction progressive de la mobilité de ses fascias. Non pas uniquement au niveau du visage mais, et c’est ce qui est important, sur tout son corps. Par l’interaction entre les fascias. Et comme le corps est enraidi, mal nourri et mal oxygéné, pensez-vous qu’une crème anti-rides pourra être efficace ? Moi pas. Pensez-vous qu’un soin localisé sur son visage pourra faire diminuer ses rides ? Je ne le crois pas.

Alors quelles solutions peut-on imaginer ? A suivre …