Eye 211610 1920

Eugène Rimmel. Histoire d'un inventeur visionnaire

Article

Les cils participent à la séduction d’un regard. Et pour les mettre en valeur, un homme a eu une idée de génie. 

Avant de donner sa profondeur au regard et de participer à l’expression générale du visage, les cils ont des fonctions de protection des yeux. Ils repoussent les impuretés et les poussières vers les paupières. Pour mémoire, les paupières, et donc les cils, battent environ 20 fois par minute. Ils protègent également les yeux de l’intensité des rayonnements du soleil, un peu à la manière d’un store.

Pour les mettre en valeur, un homme a eu une idée de génie. Eugène Rimmel, dans les années 1880 a inventé ce qui allait devenir le mascara moderne.

Ce jeune chimiste était installé avec son père à Londres. Ils y créaient et vendaient essentiellement des parfums. Le marché de la cosmétique commençait alors à prendre son essor en cette fin de 19ème siècle. Eugène  Rimmel s’aperçut qu’il manquait un produit à la panoplie du maquillage de cette époque. Il n’y avait que peu de choses pour rehausser le regard et embellir les yeux.

Cet inventeur de génie eut l’idée d’offrir aux femmes ce qui allait tout simplement  porter le nom de « Rimmel ». Cela se présentait sous la forme d’une pâte noire et souple, contenue dans une petite boîte ronde accompagnée d’un « pinceau à cils ». Le succès fut immédiat. 

Mais si Eugène Rimmel sut sentir le marché et créer un produit innovant, il n’a pas été, pour autant, à l’origine de « la beauté des yeux ». Bien des années avant lui, les femmes en Algérie utilisaient le Khôl. Elles broyaient une roche noire aux reflets bleutés, l’antimoine, pour s’en parer les yeux. Lors de la colonisation, les Français l’avaient d’ailleurs découvert sans vraiment l’exploiter. Bien plus tôt, en Egypte et à Rome, les femmes utilisaient des mélanges variés pour se maquiller les yeux. On y trouvait, selon les pays et les époques, des poudres d’amandes ou de pétales de fleurs calcinées, du miel, des extraits de datte ou déjà de l’antimoine.

Eugène Rimmel, quant à lui, utilisa un produit dérivé du pétrole, la vaseline. Un produit peu cher et apparemment sans danger pour les yeux.

Depuis, la composition des produits et les techniques de pose n’ont cessé d’évoluer. Deux grandes familles de produits cohabitent : ceux qui sont résistants à l’eau (et donc aux larmes et à la pluie) et ceux qui ne le sont pas (ou moins). Les premiers demandent un démaquillant et les autres simplement un peu d’eau et de savon.

La présentation dite « automatique », qui est encore aujourd’hui la plus utilisée, a été mise sur le marché par Helena Rubinstein, en 1957. Il s’agit d’un tube contenant le produit dans lequel on plonge un applicateur avec une brosse aux poils de formes élaborées pour offrir le meilleur rendu possible.

Ces produits ont, au fil du temps, accumulé également d’autres vertus, plus ou moins efficaces, pour soigner les cils, les épaissir ou les allonger.

Le marché pour ces produits est absolument gigantesque et on peut dire, pour sourire, qu’Eugène Rimmel a été un vrai « visionnaire ».